LES INDIGNÉS RDC ASBL

#Etatdesiège: Magouilles au sein de nos forces de sécurité, le Chef de l’Etat rejoint les revendications du Mouvement des indignés

Spread the love

C’est depuis sa première action de sit-in qu’il avait organisé en date du 19 août 2019 à la Présidence de la République, qui donna aussi lieu à une réception par l’ancien Dircad du Chef de l’Etat, Monsieur Vital Kamerhe, au cours de laquelle le Mouvement des indignés avait porté haut la problématique qui mine nos forces de sécurité à l’instar des détournements, de l’infiltration, de l’affairisme, de l’impunité et autres magouilles, qui ont élu domicile dans ce corps censé être là pour protéger la vie des citoyens congolais.

Ce mouvement citoyen, qui est dirigé par une brave femme comme « symbole de la vie », Nicole Kavira Kinyoma, a connu de nombreuses menaces voire des arrestations de ses leaders en janvier 2020 du fait d’avoir osé dire des vérités dans un domaine considéré comme tabou ou sensible en République Démocratique du Congo.

Notons que les indignés n’ont cessé de clamer qu’au-delà de la manipulation rwando-ougando-burundaise dans la guerre, qui sévit à l’Est de notre pays qu’il y a aussi la fragilisation de notre armée congolaise qui se traduit sous forme d’abandon de celle-ci à son triste sort et, qui l’expose à toutes les pratiques issues du brassage et mixage, qui ont pour conséquence : l’incapacité de réprimer les rébellions en vertu de la loi des guerres (ethnique et morale).

Tout en rappelant les observations du Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, lors ses entretiens avec les représentants de la population à Beni et Bunia (Ituri), qui révèlent au grand jour des pratiques mafieuses et de « magouilles » au sein des forces armées et des institutions du pays et, qui du reste ne facilitent point à la restauration de la paix dans cette partie du pays où la violation du droit international humanitaire n’inquiète absolument pas la majorité d’officiers militaires qui sont dans la région. Et donc, l’urgence serait de procéder immédiatement à la purge au sein de ces structures de sécurité pour espérer positivement à l’amélioration de la situation horrible des habitants de ces provinces précitées.

L’indigné

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 12 =